29 janvier 2014

LES SECRETS

 

On souhaite que notre enfant nous fasse confiance, qu’il nous raconte ses bonheurs et ses malheurs. Chez les tout-petits, la confiance va de soi, mais chez les plus grands, le jardin secret prend de l’importance. Alors, comment respecter l’individualité de notre jeune tout en l’incitant à se confier en cas de problèmes? En émettant dès le jeune âge des consignes claires, constantes et adaptées à leur réalité.

 

Les règles des secrets

  • Un secret doit être sécuritaire. : Dès que l’on est mal dans son corps ou dans son cœur, il faut partager le secret.
  • Un secret doit avoir une fin. : Les secrets qui durent toujours doivent être partagés.
  • Un secret doit être le choix des deux. : Un secret gardé sous la menace ou le chantage doit être partagé.
  • Toutes les images (vues ou prises) et tous les touchers (toucher ou être touché) ne peuvent être un secret.

 

Lors de la discussion avec votre enfant, évitez de mettre l’accent sur des événements traumatisants, car cela peut créer des peurs irraisonnées, utilisez plus tôt des exemples de sa réalité. De toute manière, les consignes sont toujours les mêmes pour les secrets, les gros comme les petits, pour les joyeux comme les tristes. Il est aussi pertinent de rappeler aux plus grands que s’ils ne souhaitent pas se confier à vous, ils peuvent se tourner vers d’autres adultes de confiance; son enseignant, ses grands-parents, etc. Ou encore des organismes comme Tel-Jeune (1-800-263-2266) ou Jeunesse J’écoute (1-800-668-6868), qui se dédient à l’écoute des jeunes et qui seront le conseiller adéquatement. Finalement, ne chicanez pas un enfant qui se confie, car cela peut briser sa confiance.

Voir la page de l’équipe Tandem de Arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Design: Marie-Jacques Rouleau - Intégration: NeXion